L’attitude de la victime peut, dans certains cas, faire échec à la reconnaissance d’un harcèlement sexuel

Dans une décision en date du 25 septembre 2019, les juges de la Cour de Cassation ont considéré qu’il n’y avait pas lieu de reconnaitre un harcèlement sexuel si, à la suite de l’envoi de SMS à connotation sexuelle, la destinataire adopte une attitude ambiguë en répondant à ces SMS et en adoptant sur le……

Réservé à l’abonnement Intégral et Abonnés ACCES.